50 actions de Grand Poitiers pour le climat, un défi quotidien

  • Grands Projets
  • Grand Poitiers agit pour le climat
  • 50 actions de Grand Poitiers pour le climat, un défi quotidien

50 actions de Grand Poitiers pour le climat, un défi quotidien

A Grand Poitiers, la transition énergétique suit un plan, échelonné année après année, avec une vision tournée vers l'innovation. Déplacements, bâtiments et déchets : toutes les actions de Grand Poitiers pour améliorer sa politique énergétique.

Transports : privilégier les modes de déplacements doux

Le transport est le premier secteur émetteur de Gaz à effet de serre (GES) en France. Il pèse 60% des consommations de CO2 en usage domestique (hors industrie et agriculture). Dans ce domaine, Grand Poitiers agit depuis de nombreuses années pour diminuer au maximum sa consommation énergétique. Pour que les habitants changent leurs habitudes et se posent la question « Comment vais-je me déplacer aujourd'hui ? », Grand Poitiers a un rôle à jouer. Rôle de sensibilisation mais aussi dans la mise en place de nouvelles possibilités de se déplacer facilement, rapidement et à moindre coût.
Quelques exemples de réalisations et de projets.

1. Acquisition de véhicules propres

Objectif : privilégier les véhicules à énergie propre
La réflexion sur les véhicules propres date de 35 ans dans Grand Poitiers. Ainsi, dès 1981, Grand Poitiers a fait l'acquisition d'une balayeuse à bicarburation (GPL + essence). En 1997, elle a intégré dans son parc de véhicules la première voiture électrique. Depuis, 210 véhicules à énergie propre (électricité, GPL, GNV) ont été acquis.
Grand Poitiers s'est également dotée d'une flotte de 58 bus au GNV (Gaz naturel de ville), moins polluant en termes de gaz à effet de serre, et teste un bus hybride.
En décembre, Vitalis a mis en service une navette électrique pour la desserte du centre-ville de Poitiers.

2. CAP sur le Vélo, 17 ans de location de vélos

Objectif : Développer l’utilisation du vélo
Créé en 1998, le service de location de vélo de Grand Poitiers, CAP sur le Vélo, a très vite connu un vif succès. Il propose aujourd’hui près de 950 vélos à la location (à la journée, à la semaine ou au mois). CAP sur le Vélo compte quatre sites de location dans Grand Poitiers.
Coût : 250 000 €.

 

3. Mise en place de Plans de déplacement d’établissement : encourager l’éco-mobilité

Objectif : Favoriser l’utilisation des modes de déplacement doux, pour les trajets domicile-travail
A ce jour, dans Grand Poitiers, plus de 50 000 personnes (salariés et étudiants dans 18 établissements) sont concernées par un Plan de déplacement d’établissement (PDE).
Depuis 2006, Grand Poitiers accompagne les entreprises dans la mise en place d’actions auprès de leurs salariés pour encourager les solutions alternatives à la voiture, comme le vélo ou le bus. Le coût de l’abonnement de bus ou de la location de vélo est pris en charge à hauteur de 50 % par l'employeur.

 

4. Otolis, le partage de véhicules

Objectif : disposer d’un véhicule uniquement lorsque l’on en a besoin
De nombreuses études montrent, qu’en moyenne, une voiture personnelle est utilisée seulement 5 % du temps. Alternative à la propriété d’une voiture individuelle, Otolis propose un service de partage de véhicules. Né en 2008, il propose aujourd’hui 13 véhicules (citadines, familiales et utilitaires) en autopartage (par le biais d’un abonnement). Avec ce système, les habitants bénéficient de tous les avantages de la voiture sans les inconvénients : pas d’investissement, pas de réparation/entretien à faire…
Otolis est disponible 7j/7, 24h/24, dans 6 stations. 180 abonnés utilisent de façon régulière ce service.
Coût : 40 000 € par an.

 

5. Création d’une plateforme de covoiturage

Objectif : mettre en contact des habitants qui vont au même endroit pour favoriser le covoiturage
En 2008, bien avant le succès de Blablacar, une plateforme unique de covoiturage à l’échelle de la région a été créée : covoiturage.poitou-charentes.fr.
La plateforme se charge de mettre en relation les annonces correspondantes. Le service propose des aires de rendez-vous sur l’ensemble de la Comunauté urbaine.

 

 

6. Mise en place d’un plan de circulation qui laisse la place aux déplacements doux

Objectif : redonner toute leur place aux piétons et aux vélos
En 2010, Cœur d’Agglo a rééquilibré la place des différents modes de déplacements. Par le doublement de l’aire piétonne (38 000 m²) et la création de zones 30 et de zones de rencontres, les vélos et les piétons se sont réapproprié l’espace public. Le nouveau plan de circulation a permis à bon nombre d’habitants de réfléchir à la façon dont ils circulaient et parfois de changer d’habitude.

 

7. Première Communauté urbaine du vélo électrique en France

Objectif : Promouvoir la pratique du vélo malgré une topographie difficile de la ville
Avec 694 vélos à assistance électrique (VAE) à la location, Grand Poitiers se classe première Communauté urbaine en France à proposer ce type de service. Tous les ans, de nouveaux VAE viennent renforcer la flotte.
Explication de ce succès. La topographie de Grand Poitiers décourageait certains habitants d’utiliser le vélo. Les vélos électriques constituent un mode de déplacement doux qui s’affranchit de ces contraintes et permettent de faire de longues distances sans effort.
Depuis sa création, l’émission de 32,82 tonnes de CO2 a été évitée.
Coût : chaque année, 100 000 € sont consacrés à l’acquisition de nouveaux VAE.

8. Accompagner les Lignes à Grande Vitesse

Objectifs : favoriser l’usage des TGV grâce à des temps de parcours réduits
Grand Poitiers a participé financièrement, à hauteur de 9 millions d’euros, à la construction de la LGV Sud-Europe Atlantique. En 2017, Poitiers sera ainsi à 55 minutes de Bordeaux et 1h17 de Paris*.
Grand Poitiers a également œuvré pour que la gare TGV reste en centre-ville de Poitiers. Ainsi, les lignes à grande vitesse sont directement connectées aux autres modes de transports (TER, gare routière, Cap sur le vélo, taxis, bus Vitalis).
* Source Lisea

9. S’approvisionner au plus proche

Objectif : privilégier les circuits courts pour réduire les consommations d’énergie liées aux transports
De plus en plus de produits locaux sont intégrés dans la préparation des 6 000 repas servis quotidiennement par les cuisines centrales de Grand Poitiers dans les écoles, crèches, résidences autonomie… 50 % des denrées proviennent du Grand Ouest. Par exemple : légumes de Neuville-du-Poitou, farine du Vigeant, volailles des Deux-Sèvres…
De même, dans le cadre d’une opération expérimentale nationale, cinq épiceries solidaires ont développé des circuits courts.
Moins de kilomètres faits pour être livré, ce sont des produits plus frais mais aussi moins de consommations liées aux transports des marchandises. cela permet aussi de soutenir les activités économiques locales.

 

10. Viaduc Léon-Blum : un ouvrage dédié à l’éco-mobilité

Objectif : construire le maillon essentiel du Bus de demain
Le viaduc constituera l’élément essentiel du Bus de demain qui desservira Chasseneuil/Futuroscope à Mignaloux en passant par la Zone de la République, le centre-ville, le CHU et le campus.
Aujourd’hui site propre dédié aux bus, le Viaduc comprend une piste cyclable à double sens, un large trottoir pour les piétons et un arrêt de bus au niveau de Toumaï pour un accès facile aux équipements de la gare (gare SNCF, Cap sur le vélo, gare routière, station de taxis).
Coût : 28 millions d’euros

11. Restructuration du réseau de bus

Objectif : développer l’utilisation des bus
En septembre 2015, Vitalis a entièrement restructuré le réseau du bus. Grâce à des temps de parcours réduits et des bus plus fréquents sur les lignes principales, l’idée est d’inciter les habitants à prendre le bus pour se rendre à leur travail.

 

 

12. Création de 14 Parcs Relais (P+R)

Objectif : laisser son véhicule sur des emplacements gratuits et sécurisés et poursuivre son trajet en bus
Avec la restructuration du réseau de bus Vitalis en septembre 2015, 11 nouveaux Parcs Relais (P+R) - qui complètent les trois Parcobus existants – ont été créés en périphérie de Poitiers. En effet, en ville, la voiture n’est plus compétitive par rapport au bus en termes de temps de trajet (voie réservée pour les bus) mais aussi en termes de coût (essence/stationnement). Les P+R permettent de laisser gratuitement son véhicule sur des zones de stationnement aménagées et de de poursuivre rapidement en bus. Certains P+R proposeront des services complémentaires comme des bornes de recharge pour véhicules électriques ou des aires de covoiturage.

13. Installation de consignes à vélos sécurisées

Objectif : favoriser la complémentarité entre vélo et bus
Dans un souci de privilégier les modes de déplacement doux, des consignes vélos individuelles sécurisées ont été implantées au niveau de plusieurs Parc Relais. Il s’agit de boxes métalliques où les personnes peuvent laisser leur vélo gratuitement et en toute sécurité. A terme, 100 consignes (soit 200 places) seront installées.
Coût : 250 000 €.

14. Première navette électrique pour se déplacer dans l’hyper-centre de Poitiers

Objectif : se déplacer facilement en centre-ville de Poitiers dans un véhicule propre
La Citadine est le nouveau service de proximité proposé par Vitalis. Ce véhicule électrique de cinq places relie le parc de Blossac à la place Notre-Dame, en passant par la rue de la Tranchée, la place Lepetit ou la rue de la Regratterie. Le principe : la Citadine s’arrête à la demande des passagers, sans arrêts préétablis. Ce véhicule propre et rapide, fonctionne en continu du mardi au samedi.

 

15. Le Bus de demain

Objectif : rendre le bus encore plus attractif avec des fréquences de passage plus importantes
Le Bus de demain proposera une réduction des temps de parcours, des fréquences de passage de 6 à 11 minutes, un meilleur confort… de quoi rendre encore plus attractif le transport en commun. Trois lignes seront mises en place à terme.
Coût : 10 millions d’euros pour l’aménagement de la première ligne.

16. Renforcer l’offre ferroviaire avec les autres villes

Objectifs : développer les transports publics (train, car) entre Poitiers et les autres villes de la Région
En lien avec la Région et le Département, Grand Poitiers s’investit pour développer les TER sur les anciens sillons utilisés par les TGV. En effet, en 2017, les TGV utiliseront la nouvelle ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux. Des disponibilités seront donc créées sur les lignes et permettront de mettre en place des navettes entre Poitiers et Châtellerault.

 

 

17. Aménager des aires de livraison adaptées

Objectif : diminuer la présence de camions de livraison en centre-ville de Poitiers
A terme, grâce à la création de plates-formes de stockage, les camions de livraison déposeront leurs marchandises en périphérie de Poitiers. Le dernier kilomètre sera ensuite fait par des véhicules plus petits, idéalement à énergie propre.

 

 

18. Installation de bornes de recharge électrique dans les parkings

Objectif : faciliter la recharge des véhicules électriques
D’ici fin 2016, 22 prises de recharge pour les véhicules électriques seront installées dans les parkings municipaux de Poitiers. Ils serviront par exemple aux salariés et aux habitants du centre-ville.
En parallèle, plusieurs communes de Grand Poitiers Communauté urbaine (Biard, Migné-Auxances, Vouneuil-sous-Biard, Fontaine-le-Comte, Buxerolles, Mignaloux-Beauvoir, Ligugé) sont engagées dans la même démarche.
Coût : 60 000 €

 

 

Des bâtiments et une ville plus respectueux de l’environnement

Autre secteur à peser dans les émissions de GES : les bâtiments et plus largement l’urbanisme (30 %). Là encore, Grand Poitiers intervient sur son propre parc mais également en appui des habitants pour réduire les consommations énergétiques et donc l’impact sur l’environnement.
Quelques exemples de réalisations et de projets.

 

19. Réseau de chauffage urbain des Couronneries

Objectif : Augmenter la part des énergies renouvelables dans les réseaux de chauffage
Créé il y a près de 50 ans (1967), le réseau de chauffage urbain des Couronneries dessert aujourd’hui l’équivalent de 7 500 logements. Depuis 1984, date de son raccordement à l’usine de valorisation énergétique de Saint-Eloi, il utilise les calories générées par l’incinération des déchets pour chauffer les logements.

 

 

 

 

 

20. Remplacement des anciens équipements d’éclairage public

Objectif : diminuer les consommations d’énergie liées à l’éclairage public
Le programme « Eclairer juste, éclairer mieux » a été engagé en 2005 : remplacement des 4 459 lampes à vapeur de mercure par des LED d’ici 2020 ; systématisation des systèmes d’éclairage LED lors des opérations d’amélioration de l’espace public ; installation de variateurs de puissance pour éclairer moins fort la nuit afin de réduire progressivement la puissance d’éclairage.

 

21. Création d’un Espace info énergie pour les habitants

Objectif : conseiller les particuliers dans leur consommation d’énergie
Qu’il s’agisse d’un projet de rénovation ou de construction, l’espace info énergie créé en 2006 en partenariat avec l’ADEME et la Région apporte aux particuliers un avis neutre, objectif et gratuit en matière de maîtrise de l’énergie. Les habitants bénéficient aussi de conseils sur les aides financières possibles. Plusieurs centaines de particuliers profitent chaque année de ce service.  
Coût : 50 000 € par an

 

22. Gestion centralisée des consommations énergétiques

Objectif : Mieux maîtriser les consommations
En 2008, le service Energie-Fluides a été créé pour centraliser l’ensemble des consommations énergétiques des bâtiments de Grand Poitiers. Cette organisation permet de repérer les éventuels dysfonctionnements. Une gestion à distance permet de chauffer uniquement quand les bâtiments sont occupés. En 7 ans, la consommation énergétique dans les bâtiments municipaux et communautaires a baissé de 10 % malgré l’augmentation du nombre de bâtiments.

 

23. Réhabilitation énergétique des gymnases

Objectif : offrir des équipements économes en énergie avec plus de confort pour les utilisateurs
Depuis plusieurs années, Grand Poitiers a engagé une importante opération de réhabilitation des gymnases. Outre le confort des utilisateurs, les travaux portent sur l’amélioration de la performance énergétique du bâti avec isolation des locaux, remplacement des systèmes de chauffage et d’éclairage, pose de panneaux photovoltaïques…
Coût : 6 millions d’euros

 

24. Adoption d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) en avance sur les lois Grenelle

Objectif : réglementer les nouvelles constructions en faveur de l’efficacité énergétique
Plus un seul logement construit dont l’efficacité énergétique soit inférieure à la norme Bâtiment Basse Consommation (BBC). C’est ce qu’a prévu, en juillet 2010, le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLU), bien avant que ne l’impose la Règlementation Thermique 2012.
Ce même PLU a affiché comme premier objectif de « Relever les enjeux du climat et des ressources ».

 

25. Construction et aménagements d’éco-quartiers

Objectif : qualité de vie et respect de l’environnement
L’éco-quartier des Montgorges (labellisé au niveau national) de 33 hectares allie commerces, services, espaces verts et de nombreux logements (800). Innovant par les conditions de desserte (itinéraires doux, lignes de bus régulières), il l’est également par les fortes exigences environnementales : la performance énergétique des bâtiments a été imposée au niveau BBC, niveau notamment atteint par le recours aux énergies renouvelables.

 

26. Chaufferie bois aux Couronneries

Objectif : recourir à de nouvelles formes d’énergies
En 2011, une chaufferie bois a été installée aux Couronneries pour compléter l’approvisionnement énergétique du réseau de chaleur (lire action n°19). Cet investissement porte la part des énergies renouvelables et de récupération à 75 % de la production de chaleur du réseau. Chaque année, 4 000 tonnes de bois alimentent les chaudières, évitant ainsi l’émission de 4 500 tonnes équivalent CO2.
Coût : 3,5 millions d’euros.

 

 

27. Installation de panneaux photovoltaïques et panneaux solaires

Objectif : produire de l’énergie solaire
Lors d’opérations de rénovation ou pour des constructions nouvelles, des panneaux photovoltaïques peuvent être installés sur le toit des bâtiments pour développer les énergies renouvelables et ainsi faire baisser notre dépendance aux énergies fossiles. Exemple : gymnase de Touffenet, usine de production d’eau potable de Bellejouanne, vestiaires du complexe sportif de Fontaine-le-Comte… L’électricité, produite sur les 700 m² de panneaux installés, est ensuite revendue et réinjectée dans le réseau électrique.
Pour d’autres bâtiments (piscine des bois de Saint-Pierre, camping de Saint-Benoît), les panneaux permettent de chauffer l’eau sanitaire tout au long de l’année.

28. Un soutien à la rénovation énergétique de l’habitat social

Objectif : Des logements mieux isolés pour plus de confort
En 2015, plus 880 logements sociaux ont été rénovés dans Grand Poitiers avec une priorité : l’isolation des bâtiments. Le but : réduire les déperditions énergétiques pour plus de confort et lutter contre la précarité énergétique.
Coût : 1,7 millions d’euros investis par Grand Poitiers sur la période 2010-2015 pour la réhabilitation du parc locatif.

 

 

 

 

29. Des rénovations innovantes : la piscine de la Ganterie et la patinoire

Objectif : une rénovation conjointe pour une meilleure approche énergétique
La piscine de la Ganterie et la patinoire ont été entièrement rénovées en 2012 et 2013. Ces travaux permettent notamment de mieux récupérer la chaleur solaire en hiver. En parallèle, un système de transfert de calories (la chaleur produite pour fabriquer la glace de la patinoire est récupérée pour chauffer l’eau de la piscine via des tuyaux souterrains) a été mis en œuvre. Ce qui représente 37 000 € d’économie.
Coût : 17 millions d’euros (pour la rénovation des deux équipements)

 

30. La Maison des Services Publics de Saint-Eloi : Bâtiment à énergie positive

Objectif : produire plus d’énergie qu’un bâtiment n’en consomme   
Après le siège de Sipea en 2009, la Maison des services publics de Saint-Eloi est le deuxième bâtiment à énergie positive (BEPOS) de Poitiers. Elle a ouvert ses portes en 2014. Elle conjugue une multitude de principes architecturaux qui lui permettent d’atteindre les performances BEPOS : compacité des lieux, isolation, étanchéité à l’air, ventilation double flux avec récupération de chaleur, éclairages économes, pompes de circulation à haut rendement et panneaux solaires.
Coût : 4 millions d’euros

 

31. Un programme de rénovation des écoles tourné vers la performance énergétique

Objectif : rendre les écoles plus économes en énergie
Des programmes de rénovation des groupes scolaires sont engagés ou déjà réalisés dans plusieurs communes de Grand Poitiers. Une grande partie des travaux est consacrée à la performance énergétique avec pour ambition de baisser de 30% les consommations énergétiques. Deux importants projets de rénovation sont en cours à Poitiers : les groupes scolaires Alphonse Bouloux et Charles Perrault (remplacement des huisseries, rénovation de l’étanchéité en toiture, isolation thermique par l’extérieur).


 

32. Création d'un logement pédagogique

Objectif : Sensibiliser les habitants à des gestes du quotidien plus économes en énergie
Le logement pédagogique "L'Atelier du 19", inauguré en 2015, propose aux habitants des animations sur la gestion des consommations d'énergie, le recyclage des déchets... L’idée : montrer qu’en adoptant des gestes simples dans son propre logement, il est possible de réduire sa facture énergétique.
Coût : participation de Grand Poitiers à hauteur de 10 000 €

 

33. Conseil en énergie partagé : un interlocuteur pour les communes

Objectif : aider les communes de Grand Poitiers à réaliser des économies d'énergie
Dans le prolongement de l'Espace info énergie, depuis 2015, un conseiller accompagne les projets des communes et impulse des dynamiques entre communes. Chaque commune bénéficie d'un bilan énergétique global et d’un suivi des consommations énergétiques.
Coût : 40 000 €

 

34. Création d'une plate-forme de rénovation énergétique (ACT'e) pour les habitants

Objectif : accompagner les particuliers, de A à Z, dans leur projet de rénovation énergétique
ACT'e sera, début 2016, la porte d'entrée pour tous les habitants ayant un projet de rénovation énergétique. Cinq professionnels seront à leur disposition pour les accompagner dans :
- le choix des travaux à réaliser
- le financement et les aides possibles
- les relations avec les professionnels et les organismes financeurs
- le suivi des consommations après les travaux.
Coût : 150 000 € par an

 

35. Thermographie des logements

Objectif : aider les habitants à connaître l’efficacité énergétique de leur logement
Courant 2016, une thermographie aérienne de Grand Poitiers sera réalisée. Sur demande, les habitants pourront avoir accès à la thermographie de leur logement et ainsi évaluer si des travaux de rénovation sont nécessaires.
Coût : 80 000 €

 

36. Installation d’ombrières photovoltaïques dans les Parcs Relais

Objectif : produire de l’électricité renouvelable
D’ici fin 2017, 3 parkings de Grand Poitiers (gymnase de Saint-Eloi, Parc expo, Stade d’Auxances) seront en partie couverts d’ombrières équipées de panneaux photovoltaïques. Elles protègeront les voitures de la chaleur, et surtout, produiront de l’électricité. Dans chaque parking, entre 700 m² et 1 600 m² seront couverts, soit 60 à 150 places de parking.

 

37. Optimisation énergétique de la station d’épuration de la Folie

Objectif : réduire les consommations énergétiques en améliorant les process
Afin d’étudier les pistes d’efficacité énergétique et de production d’énergies renouvelables de la station d’épuration de la Folie, un audit énergétique des installations a été confié à l’Office International de l’Eau en 2015. Il a permis de mettre en évidence différentes pistes d’action, dont, entre autres : la récupération des calories des eaux traitées pour chauffer la station ou l’installation d’équipements moins énergivores (300 000 €).

 

38. Extension du réseau de chauffage des Couronneries à d’autres quartiers

Objectifs : faire profiter d’autres quartiers des énergies renouvelables ou de récupération
Un projet d’extension est en cours pour élargir le réseau de chaleur des Couronneries à d’autres quartiers comme Montbernage, Pont-Neuf et Trois cités. L’objectif est également de relier le réseau de chaleur des Couronneries à d’autres réseaux existants à Poitiers.

 

39. Méthanisation des boues d’épuration

Objectif : produire du biogaz à partir des boues de la station d’épuration de la Folie
Dans les années à venir, les boues de la station d’épuration, mais aussi d’autres matières (ex : déchets verts), seront transformées en gaz : c’est ce qu’on appelle la méthanisation. La production pour la station d’épuration est estimée 2 000 Mwh/an. Ce biogaz alimentera la station d’épuration ou sera réinjecté dans le réseau général de gaz.
Gain estimé : 200 000 € par an.

 

40. Réhabilitation des installations hydroélectriques

Objectif : Remettre en service des sites qui utilisaient le potentiel hydraulique pour produire de l’électricité
L’îlot Tison, ancienne scierie qui utilisait l’énergie du Clain pour faire fonctionner les machines, et le moulin de Chasseigne seront réhabilités et équipés afin de produire de l’électricité. Production attendue : pour le premier de 240 MWh/an et de 16 MWh/an pour le second.

 

 

41. Systématisation de la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE)

Objectif : améliorer la qualité environnementale des rénovations et constructions
La démarche Haute Qualité Environnementale vise un meilleur confort allié à une consommation énergétique moindre dans les constructions et les rénovations de bâtiments. Grand Poitiers souhaite systématiser cette démarche pour ses principales opérations.

 

 

 

Recycler et réduire les déchets

Dernier domaine dans lequel Grand Poitiers s’investit : les déchets. Objectif : les réduire mais aussi les valoriser au maximum. Depuis 2010, la production des déchets a diminué de 7 % sur le territoire.

 

42. Création d’un réseau de 5 déchetteries

Objectif : permettre aux habitants de déposer facilement et gratuitement leurs déchets spéciaux
Il y a 30 ans, Grand Poitiers a aménagé plusieurs déchetteries et en compte aujourd’hui 5 (Saint-Nicolas, Ligugé, Bois d’Amour, Saint-Eloi, Fontaine-le-Comte). Chaque année, 20 000 tonnes de déchets y sont déposées.
Coût : 1,8 millions d'euros chaque année.

 

 

43. Une part de déchets traités toujours plus importantes

Objectif : Augmenter la part des déchets traités et leur nature
Depuis plus de 20 ans, le réseau de déchetteries de Grand Poitiers Communauté urbaine a élargi la gamme des déchets traités. Les grandes étapes : 1994, mise en service de la plate-forme de compostage des déchets verts de St Nicolas ; 2000, acceptation des déchets ménagers spéciaux en déchetteries ; 2005, réseau de bornes à verre ; 2006, acceptation des D3E (déchets d’équipements électriques et électroniques) en déchetteries. Aujourd'hui, 15 types de déchets sont accueillis en déchetterie.

 

44. 30 ans de récupération des déchets

Objectif : Récupérer, trier pour mieux valoriser
Après la création en 1986 du réseau de cinq déchetteries, Grand Poitiers a lancé en 1996 la collecte généralisée multi-matériaux et a ouvert un centre de tri à Saint-Eloi.

En 2015, Grand Poitiers a étendu ses consignes de tri aux pots, barquettes et films plastiques. Encore plus de types de déchets sont ainsi valorisés.

 

45. Un programme de réduction des déchets

Objectif : Réduire de 7% la production de déchets entre 2010 et 2015
Un Programme de Prévention et de Réduction des Déchets (PPRD) est mené depuis 2010 par Grand Poitiers en lien avec l’ADEME. Il a permis de réduire de 7% la production de déchets sur le territoire entre 2010 et 2015.
Il s’est articulé autour de 5 actions :
- Sensibiliser le public à la prévention
- Mettre en œuvre des actions éco-exemplaires
- Promouvoir le compostage domestique et collectif
- Promouvoir le secteur du réemploi et de la réparation
- Lutter contre le gaspillage alimentaire.

46. Des aides financières pour acheter composteurs et broyeurs

Objectif : inciter les habitants à détourner leurs les bio-déchets et déchets verts des ordures ménagères et déchetteries, et à les valoriser chez eux.
Grand Poitiers rembourse 15 € aux particuliers pour l'achat d'un composteur ou d'un lombricomposteur (composteur fonctionnant grâce à des vers de terreau). Elle prend également en charge 45 € sur la location ou l'achat d'un broyeur ou pour une prestation de broyage par des professionnels.

 

 

 

47. Réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective

Objectif : intervenir à chaque étape, de la fabrication à l’après-repas, pour réduire les déchets alimentaires
La lutte contre le gaspillage alimentaire intervient lors de la confection des repas et de l’achat des denrées pour réduire les déchets d’emballages. Il s’agit également de développer le don alimentaire pour les repas non consommés et de la construction des pavillons de compostage pour les déchets organiques… Cette démarche, débutée en 2015 à Mignaloux-Beauvoir, s'étend progressivement à l’ensemble des communes de Grand Poitiers.

 

48. Privilégier les achats éco-responsables

Objectif : Allier développement responsable et réduction des coûts
Dans le cadre de ses commandes de matériels, Grand Poitiers a intégré des contraintes environnementales (lieux de production, matériaux recyclables…) pour le choix des entreprises. Par exemple : les matériaux pour la voirie, comme le sable, sont parfois issus des déchet de chantiers.

 

 

49. Création d’une recyclerie

Objectif : valoriser les déchets qui jusqu’ici étaient incinérés ou enfouis
En 2016, la recyclerie valorisera, chaque année, 3 000 tonnes de déchets des cinq déchetteries jusqu’ici incinérées ou enfouies. Ce projet a un double avantage : ne pas enfouir ou incinérer des déchets qui peuvent être recyclés (la laine des matelas, le métal, le bois et les tissus des canapés, le plastique des salons de jardin…) et faire une économie de 240 000 € (une tonne enfouie coûte environ 80€).
Coût : 2 millions d’euros

 

50. Développer l’économie circulaire

Objectif : accompagner les entreprises dans leurs actions de réduction des déchets
Après les 3 "PACTE prévention déchets" menés depuis 2012, qui ont permis d’accompagner les entreprises pour réduire leur production de déchets, Grand Poitiers se lance dans une nouvelle démarche pour privilégier l’économie circulaire à l’échelle des zones d’activités ouest de Poitiers (620 entreprises). Le principe : les déchets de certaines entreprises peuvent être les matières premières des autres. Une première étude va être réalisée en 2016.